Les déclarations de Saïd Saadi : pétard mouillé ou coup de tonnerre ??
By administrator On 18 fév, 2012 At 04:07 | Categorized As Actualités, Non classé, Politique | With 0 Comments

Par ZIAD Salah

Jusqu’ici, le seul commentaire de la décision du RCD de boycotter les prochaines législatives vient du premier ministre et patron du RND. Usant de son humour sarcastique, le numéro un du RND s’est contenté de dire « je respecte ce choix » et d’ajouter « que l’opposition sur les bords de la seine continue». Pourtant, les arguments avancés par Saadi, lors de la tenue du Conseil National de son parti, jeudi dernier, méritent qu’on lui prête attention. Saâdi, connu lui aussi pour son art de la formule, n’a pas fait dans le détail cette fois-ci. Il a soulevé la question de quatre millions d’électeurs fictifs que l’administration, c’est-à-dire le ministère de l’Intérieur, portés sur le fichier électoral. Pour lui, c’est le réservoir d’où puiseront les pouvoirs pour grossir le taux de participation aux prochaines législatives. Pour le leader du RCD « aucune statistique ne peut justifier une telle augmentation en moins de 3 ans pour une population de 35 millions d’habitants». Les expériences de toutes les élections en Algérie ces dernières années donnent raison au leader du RCD. Le trucage des résultats, notamment du taux de participation, est un exercice déjà constaté et relevé par le passé. Jusqu’à nos jours, les leaders islamistes, ceux du MSP et du Front de Changement, nouvellement créé, claironnent que les résultats des élections de 1995 qui ont porté Lamine Zeroual au sommet de l’Etat ont été remportés par Feu Cheikh Nahnah. Tout le monde sait que l’actuelle APN dont le mandat tire à sa fin est mal élue, à cause d’un taux de participation faible qui a été corrigé et revu à la hausse. On peut dire autant sur le résultat du référendum portant sur la réconciliation nationale et dont le taux de participation n’aurait pas excédé 15% selon certaines sources. Pour notre part, le forcing engagé maladroitement par le pouvoir pour « fouetter » l’électorat nous pousse à penser que tout peut être entrepris pour « relever » le défi de l’adhésion populaire à ce scrutin. D’ailleurs s’il y a consensus entre les protagonistes, il se rapporte à cette question, présentée par eux tous comme le premier enjeu.

Mais l’autre argument avancé par Saadi pour justifier le boycott est encore plus grave. Il a indiqué que tous les participants au prochain scrutin ont négocié à l’avance leur quotta dans la prochaine assemblée et que quatre sièges ont été réservés à son parti. Et Saadi accuse le DRS et le ministère de l’Intérieur d’être les artisans de ce « montage électoral ». L’accusation est trop grave pour passer inaperçue. Pourquoi tant d’ébauche d’énergies et de moyens si les jeux sont arrêtés d’avance ? Juste pour donner l’impression de l’existence d’une vie politique avec des acteurs et des joutes ?? Ou est-ce un simple coup de sang d’un leader politique se sentant déclassé à cause de ses prises de positions radicales ces derniers mois ? Saadi n’est pas un novice en politique et il doit mesurer la portée exacte de ses déclarations. Donc c’est au ministère de l’Intérieur et l’autre mis en cause de dissiper la nouvelle couche de scepticisme entourant les prochaines législatives qui attirent, pour le moment du moins, uniquement l’intérêt des postulants au poste de député avec la charrette des privilèges qu’il procure. Autrement……

About -

Laisser un commentaire

You must be Logged in to post comment.