Intervention de Mr Kaddour CHOUICHA devant l’OIT à GENEVE
By administrator On 20 juin, 2019 At 08:48 | Categorized As Actualités, Communiqués, Droits de l'homme, Infos_show, International | With 0 Comments

KAD

Mesdames et Messieurs bonjour.

Je m’exprime au nom de la CGATA (Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie) à laquelle le SESS est affilié.

La CGATA rappelle à la commission que l’Algérie vit une période de forte instabilité politique car depuis le 22 février le peuple sort par millions chaque semaine pour exiger une seconde république. Aussi nous considérons que les représentants du gouvernement aujourd’hui présents n’ont aucune légitimité pour le peuple Algérien.

De plus, la centrale syndicale UGTA qui a joué toujours le rôle de syndicat du pouvoir est décriée par ses militants qui n’arrêtent pas de faire des rassemblements pour exiger sa restitution  aux vrais syndicalistes. Son secrétaire général a été empêché de sortir du territoire national vu la décision du pouvoir réel en Algérie, c’est-à-dire l’armée, de griller quelques fusibles coupables de prédation dans notre pays pour tenter, vainement, de calmer le peuple Algérien.

Concernant maintenant les recommandations des experts et le non-respect de la convention 87, nous soulignons que :

La mission de haut niveau est venue dans une période d’instabilité politique mais c’est toute la crédibilité de cette institution qu’est le BIT et surtout la commission d’application des normes qui est en jeu car la mission de haut niveau a bien mis en évidence que ce sont les organisations syndicales qui ont porté plainte qui voient leur enregistrement refusé. D’ailleurs, ‘’la Mission recommande au gouvernement de procéder d’urgence à l’enregistrement de la CGATA et du SESS’’. Cette visite a montré que le nombre d’organisations syndicales a qui a été refusé l’enregistrement est important ce qui indique que bon nombre d’organisations syndicales ont eut peur de faire appel au BIT au vu de la répression que nous avons vécu, la CGATA et son affilié le SESS. De même un autre des affiliés en l’occurrence le SNAPAP a subi le clonage qui a été dénoncé maintes fois ici même.

Non seulement il n’y eut aucune avancée en matière de consultation des partenaires sociaux sur le projet de code de travail, mais les autorités viennent d’inventer un nouveau procédé pour la fuite en avant en disant que certains articles seront corrigés  sans revoir tout le code de travail. Ainsi on a attendu prés de 18 ans le code du travail annoncé. Maintenant c’est une nouvelle procédure qui doit être engagée pour on ne sait combien encore d’années. De même il faut noter que les délégués syndicaux licenciés n’ont pas été réintégrés malgré les promesses.

 Monsieur le Président nous faisons confiance a la commission d’application des normes pour nous rétablir dans nos droits.

Monsieur le président, nous  demandons  la mise en œuvre immédiate et non-conditionnelle des  recommandations de la commission.

Nous demandons que soit dégagé un calendrier strict pour l’enregistrement de la CGATA et du SESS, ainsi que pour la réintégration des délégués syndicaux licenciés et l’amendement du code de travail.

Merci Monsieur le Président.

                                                   Le président du SNAPAP/CGATA

                                                                   Rachid Malaoui

About -

comment closed