Arrestations à Oran, qui a donné l’ordre et pourquoi :  Décryptage ?
By administrator On 26 mai, 2019 At 12:51 | Categorized As Actualités, Droits de l'homme, Infos_show | With 0 Comments

arrete 3

Bien avant leurs arrestations et dés le début de la marche, les deux activistes RAHMOUN Karim et Djillali Abdellah qui préparaient la sono au niveau de l’immeuble situé au rond point du pont ZABANA ont été inquiétés par la police qui leur a posé des questions auxquelles ils ont répondu et puis elle les a laissé vaquer tranquillement à leurs occupations d’animations de débat populaire.

Mais, une fois que les marcheurs aient quitté les lieux et que nos deux jeunes citoyens aient rangé le matériel dans leur voiture et qu’ils s’apprêtaient à rejoindre leurs domiciles après une journée exténuante de Hirak et de carême qu’ils furent interpellés et emmenés au commissariat par les éléments de la BRI.

arrete 1

Djillali Abdellah, profession electricien

Au lieu d’être auditionnés et relâchés ils furent apparemment inculpés pour des motifs fallacieux et non communiqués aux intéressés avec l’intention de les présenter au procureur de la république dimanche matin.

Après un recul d’une journée et après réflexion, il nous semble que les services de sécurité sur ordre d’en haut aient planifié et programmé cette arrestation pour intimider et essayé de frapper le Hirak.

Car ce groupe qui n’existait pas avant le 22 février a été crée spontanément lors des marches du vendredi. La magie révolutionnaire a fait que des étudiants rencontrent des travailleurs, des petits commerçants et des chômeurs qui ne se connaissaient pas et que la dynamique a composé comme groupe : »معا لتنظيم المسيرة فى وهران », .

Tres dynamique, ce groupe  a vite pris de l’ampleur et compte actuellement plus d’une centaine de personnes et c’est, ce qui dérangent ceux qui décident des arrestations.

arrêté 2

Rahmoune Karim, fonction libérale

Par cette arrestation ciblée, ils essaient de faire peur aux jeunes et éviter que d’autres groupes du genre se créent encore.

Bien qu’ils ne soient pas politisés au sens « Parti », ces jeunes se sont appropriés les questions de l’heure comme la constitution, l’assemblée constituante, les élites, la femme et l’armée et en débattent tous les jours entre eux et avec les citoyens.

Le génie du mouvement révolutionnaire est d’accélérer la formation politique des citoyens et c’est ce qui dérangent les contre révolutionnaires.

Ghalem BOUHA

 

 

 

 

About -

comment closed