DE L’AGORA D’ATHÈNES A LA HALQA D’ALGER
By administrator On 3 mai, 2019 At 12:16 | Categorized As Actualités, Arts/Culture, Infos_show | With 0 Comments

alger 1

En ce premier jour du moi de mai, un soleil éclatant était au rendez-vous à Alger avec une température plus que printanière de 25° en éblouissant les visages radieux des algéroises et des algérois.

Des milliers d’algérois ont afflué vers la grande esplanade de la grande poste pour participer à la fête internationale des travailleurs et pendant que les syndicalistes manifestaient à cœur joie par des chants et des slogans, le peuple d’Alger se réapproprie l’espace public en se rassemblant spontanément par petits groupes de discussions.

Les débats et les échanges sont vifs entre femmes et hommes, vieux et jeunes, toutes les questions étaient abordées sont complexe et sans tabous.

Même si parfois, les échanges sont électrifiés et nerveux, de nombreux sages modérateurs interviennent pour remettre les choses à leurs places.

alger 2

Seuls, les flics semblent surexcités à l’idée que des algériens puissent parler librement dans un espace public et en leurs présence.

Les flics ne disposent dans leur ADN du bouton nommé, liberté, alors, il veulent écouter tout et de tout le monde à la fois.

Pour cela, des renforts de flics issus de je ne sais d’où ramenés par bus flambants neufs, surement des sous-officiers habillés comme les supporters « Chnawas »du MCA se démenaient d’un groupe à l’autre pour photographier et enregistrer.

Seulement, ces flics ont-ils le niveau requis pour comprendre les idées et les concepts philosophiques ?

Si, dans l’Athènes antique, l’Agora servait la démocratie et la rhétorique, cela ne concernait que les hommes grecs libres, la femme et l’esclave étaient exclus.

Depuis, le 22 février, l’Algérie a puisé dans son patrimoine et son passé pour puiser la « Halqa » qu’elle a revisitée, améliorée et instaurée désormais comme moyen de dialogue populaire.

Les piètres plateaux des télés préfabriqués avec des invités bidons ne peuvent remplacer ces halqates.

Le peuple s’est autonomisé !

Ghalem BOUHA (Alger, 1er mai)

alger 3

 

 

About -

comment closed