LA GRANDE HCHOUMA DE GAID SALAH A DJELFA
By administrator On 2 mai, 2019 At 06:57 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments

 

djelfa 1

Le pouvoir post-colonial qui a remplacé les français en Algérie a toujours considéré les régions des Hauts-Plateaux et du Sud comme une population de cheptel crédule et ne comprenant rien à la politique.

 Or, à l’instar de tout le pays, les habitants de ces régions connus pour leur humour corrosif, par la finesse de leurs analyses et même s’ils sont connus par leur hospitalité légendaire, les différentes révoltes au temps de l’occupation et les nombreuses émeutes ayant émaillé cette partie de l’Algérie,  ces deux dernières décennies montrent bien que leurs indignations et leurs insurrections sont proportionnellement égales à sa gentillesse.

 On ignore quel cabinet ou quelle officine a programmé un rassemblement le premier mai  en faveur de GAID Salah à Djelfa et on ignore aussi comment ces programmateurs de l’ombre ont choisi des personnalités comme les racistes, Naima SALHI, WAHID Oussama, l’animateur de Beur TV et le faux blogueur Toufik DZ, des personnalités honnies et vomies par les algériens ?

 Ce qui est sur est que WAHID Oussama est originaire de Djelfa et croyant que sa ville de naissance lui ouvre droit automatiquement à une manifestation des plus racistes à contre-courant de la révolution en cours.

 Dés la matin du 1er mai, la population s’est déplacée à l’hôtel Nayli pour huer les hôtes de prestige hébergés dans cet établissement. Ce n’était qu’un avant-gout de l’hospitalité des Ouled Nayel.

 Ensuite si ce n’était la sagesse et le pacifisme de la population de Djelfa, la fine équipe de racistes à leur tête Naima SALHI allait être lynchée sur la place publique.

 Ils ont déguerpis comme des lapins !

L’action de Djelfa montre bien à quel point le pouvoir est aux abois et qu’il est prêt à s’entourer de personnalités débiles pour mener des opérations suicides et que les personnes employées sont elles aussi capables d’aller mourir pour sauver le système et leurs peaux.

Ghalem BOUHA

 

 

 

 

.

 

About -

comment closed