« POURQUOI, UNE CONSTITUANTE » ?, TABLE RONDE A LA LADDH ORAN
By administrator On 21 avr, 2019 At 02:23 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments

1

Etant donné que la table ronde organisée par la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme- LADDH-Bureau d’Oran, se tient à la veille du 20 avril et suite à l’assassinat du jeune Ramzy YETTOU par les forces de la répression, les présents ont observé une minute de silence à la mémoire de tous les assassinés par le pouvoir de Bouteflika depuis 20 ans.

N’étant pas spécialiste du droit constitutionnel, Kaddour CHOUICHA  a définit la constituante sur un plan purement politique après avoir dressé un bref historique de la constituante depuis 1963 que Benbella a organisée et imposée dans une salle de cinéma et qu’elle a été violée une dizaine de fois par tous les présidents algériens qui se sont succédé et particulièrement par Bouteflika le grand sorcier manipulateur depuis 2002.

Revenant sur la constituante, Kaddour,  l’a définie comme une remise en cause de l’existant contrat social à chaque fois qu’une Nation vit une crise constitutionnelle ou de vide juridique ou après-guerre ou de changement profond de génération.

2

Pour le cas de l’Algérie, le peuple n’a jamais été consulté et ses représentants n’ont jamais été associés à la rédaction des chartes et constitutions.

Avec  la révolution en cours, la question de la constituante revendiquée depuis tant d’années par une partie de l’opposition politique et la société civile autonome, est revenue au devant de la scène avec acuité.

Le second volet de la table ronde a été axé sur  la manière et la forme de la  participation du peuple à la confection de la constituante.

Est-ce par la démocratie participative ou par la démocratie représentative ou par la forme du tirage au sort ?

De nombreux intervenants pensent que la constitution ou la constituante est du seul ressort des spécialistes or Kaddour, pense que c’est du domaine du politique et que les juristes et autres doivent seulement s’occuper de la confection des aspects techniques  et doivent traduire les vraies aspirations du peuple.

Les points de vue exprimés lors du débat ont été contradictoires et divers tant la poussière accumulée sur ce dossier est épaisse et que la notion de peuple a été instrumentalisée, manipulée et galvaudée par le pouvoir depuis le début du mouvement national au début du siècle dernier.

La conférence débat n’avait aucune ambition de sortir avec quoi que ce soit comme propositions mais seulement d’amorcer le débat.

Ghalem BOUHA

About -

comment closed