Strategie pour torpiller la révolution algérienne
By administrator On 13 avr, 2019 At 07:37 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments

NIGROU 2

Par Akram Kharief

 Pour revenir à la stratégie des autorités hier et quelles mesures nous devons prendre si on veut continuer le mouvement:

Beaucoup d’éléments prouvent que les autorités (le régime, un clan, des clans) voulaient tuer la manifestation:

 

 L’apparition de moins de 100 voyous, dont au moins un blessé a avoué aux secouristes qui peuvent témoigner, qu’il a touché de l’argent et pris des drogues pour aller s’attaquer au point fixe des UMO au Boulevard Med V.

 L’apparition l’avant-veille de Omar Ghrib qui a été un des artisans de la terreur dans les stades depuis dix ans, à la tête du MCA, nommé par un des agents de la famille Bouteflika (Ould Kaddour), est à lier à l’apparition de ces agents provocateurs.

La tentative d’assaut donnée après la prière et qui a échoué, indique que dès le départ la police voulait détruire la manifestation par la violence. Ca n’a pas marché, à mon avis car il n’y avait pas encore de voyous sur place.

Les voitures et les motos qui circulent et continuent à circuler pendant les manifestations, sachant que les accès sont totalement fermés, sont aussi un élément de pression des autorités ou de la police, pour perturber les manifestations pacifistes et doivent immédiatement cesser.

Les tambours, les vuvzelas et les trompettes sont aussi un instrument pour perturber les manifestation et rompre la communication.

On a vu aussi l’apparition de groupes bien organisés qui chassent les figures politiques et les chaînes de TV étrangères et nationales pour organiser le huis-clos et pour dire que le peuple rejette tout leader.

 Les mêmes voyous qui volent et agressent les femmes sont un instrument de terreur qui, mis bout à bout avec les autres instruments, vont dissuader les gens de sortir.

Si vous cherchez une preuve que la police avait prémédité l’assaut sur les citoyens et la prise de la place Audin, il y en a une: l’apparition du GOSP pour la première fois alors qu’il n’est pas intervenu auparavent et n’a pas été mobilisé en réserve (ils ont utilisé une réserve minimale de BRI). Pourquoi? ils ont ramené le GOSP pour intervenir contre l’encerclement d’agents provocateurs en civil, ou d’agents de polices en civil ou d’UMO (CRS) isolés au milieu de la foule. Leur mission était de foncer, tirer dans le tas (avec des balles en caoutchouc) et sortir leurs hommes. Pendant les sept premières manifestations la police a reçu des ordres de formations défensive avec suffiseamment de marge pour reculer et se mettre à l’abri en cas de provocation. Cette fois, avec la tentative d’après la prière et le prépositionnement du GOSP, ils étaient clairement en formation offensive. La surutilisation des balles en caoutchouc et les tirs tendus de fusils lance grenades lacrymogènes sont le stade ultime avant l’utilisation de balles réelles.

Autre preuve enfin, le public a reçu les communiqués sur l’arrestation du groupe terroriste international armé (aucune preuve n’a été donnée, ni même explication sur le lieux qui entre nous n’est pas Alger et qui en plus est un récit fabriqué de plusieurs récits non liés) et sur l’assaut au moment du début de l’assaut, ils ont donc été préparé aupréalable.

 Que faire?

Un seul mot d’ordre : Ne pas laisser les véhicules ciruler pendant la manifestation. Documentez au maximum, lorsque vous faites des vidéos parlez, donnez l’heure, la date et le lieu pour pouvoir reconstituer les scènes. Zéro violence, pas d’obstruction des voies publiques les jours de semaine et Silmiya Silmiya

PARTAGEZ SVP

About -

comment closed