DEUXIEME VILLE DU PAYS, ORAN N’ARRIVE PLUS A CONTENIR LES FOULES DES MANIFESTANTS !
By administrator On 15 mar, 2019 At 03:18 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments
plein
Photo : Driss BENMOUFOK

Et, pourtant, la cité d’El Bahia ne manque pas d’espaces, entre la fameuse place du premier novembre (Place d’Armes), le Bd de la Soumam, la rue Larbi Ben M’Hidi, la place des Victoires, la place Kahina, le square Bamako, le square Port Said, la wilaya et j’en passe.

Chaque ville possède ses propres spécificités; contrairement à Alger et d’autres villes du pays, Oran, commence toujours la manifestation du vendredi à 14 heures plis c’est à dire juste après la fin de prière.

Comme si les jeunes voulaient respecter et attendre les fidèles, ils stationnent au niveau des principaux points de rencontres jusqu’à 14 h et à partir de cet instant et comme par enchantement, ils surgissent de partout en allant tous vers le lieu du pouvoir local, la Wilaya pour transmettre les messages du « degagisme » ensuite, par flots, par marées humaines et par groupes, ils s’en vont en chantant, en dansant en créant des figures artistiques et  humoristiques à l’aide du drapeau national, en trompettes, en bendir, en scooters et voitures tout en servant le pouvoir de jolis plats de sobriquets et d’épithètes.

Jeunes et plein d’énergie, ils ne finiront la fête révolutionnaire qu’après le coucher du soleil.

Ghalem BOUHA

About -

comment closed