Oran : deux grands magnats de l’immobilier et de la viande dans le collimateur des enquêteurs.
By administrator On 11 juil, 2018 At 11:22 | Categorized As Actualités, Alert Corruption, Infos_show | With 0 Comments

pro

A l’instar d’Alger, Oran comme deuxième ville du pays n’a pas à rougir sur le plan de la prédation, des passe-droits et des scandales financiers.

La presse nationale vient de révéler ce matin, que deux grands magnats de l’immobiliers et aussi importateurs de viandes du Brésil chez les mêmes fournisseurs que « KAMEL, le boucher » seraient dans le collimateur des enquêteurs de la gendarmerie.

Par ailleurs, le tout Oran parle, dévoile et commente les dessous et les détails des affaires plus que douteuses d’ex responsables liés aux hommes d’affaires.

Et, c’est toujours, le même  modus operandi qui est utilisé : Des qu’un nouveau responsable est installé, il est aussitôt approché par les courtiers de la corruption qui ont pignon dans toute l’administration. Les cadeaux commencent à pleuvoir comme des voitures, des clés d’appartement de promotion haut standing, des enveloppes en euros ainsi que des séries de costumes de luxe et des voyages payés généralement en Espagne.

Le responsable, sans n’avoir rien demandé ni exigé, se retrouve inondé de biens et otage des milieux d’affaires douteuses.

JCA  avait dévoilé en avril 2013 sous le titre « Alerte corruption : privation du domaine public à Oran », une affaire qui avait défrayé la chronique à l’époque. Il s’agissait de l’octroi d’un terrain de six hectares à Sidi M’Hmaed Oran sur la frange maritime en face des immeubles de Mobilart par l’ancien wali d’Oran à un importateur de viande et promoteur immobilier moyennant la somme de 20 milliards de centimes.

Mais après la publication de l’article et que  diverses voix se soeint élevés à Oran pour dénoncer cet acte de corruption, le wali était dans l’obligation d’annuler l’opération en catimini et rendu les 20 milliards. Cependant, le courtier qui avait assuré la transaction avait greffé 5 milliards de centimes pour acheter une voiture Porche.

Ce n’est qu’une affaire parmi des centaines.

Et, c’est ainsi que les walis arrivent et partent pour se remplir la poche à tour de rôle.

Le plus grave est que les walis qui passent par Oran deviennent généralement des ministres.

Ghalem BOUHA

Lire l’article de 2013

 

 

 Alerte corruption : privation du domaine public à Oran

Le projet Dream-park d’Oran qui devrait voir le jour sur le prolongement du pont Zabana à la promenade de Sidi M’hamed qui longe la falaise va probablement faire couler beaucoup d’encre dans les prochains jours.

Et, comment ne pas s’interroger  sur les circonstances ayant amené la retenue de ce projet de parc d’attraction avec des équipements de loisirs qui s’est vu « offrir » une assiette de terrain de plus de 6 hectares ?

La frange maritime a une valeur foncière inestimable, alors même qu’elle  devrait être inconstructible vu l’état physique du terrain prolongement de la falaise et risque d’éboulement comme cela est arrivée par le passée, lors de l’incident ayant écrasé la station nautique se trouvant au pied de la falaise. Mais plus grave alors que des détails sont donnés sur le contenu et l’orientation du projet, aucune information n’a filtré sur les conditions d’octroi du terrain, sur la transaction financière et surtout sur le promoteur du projet, soit l’heureux ou les heureux bénéficiaires de cette assiette de foncière.

Egalement comment et par quelle magie, les autorités locales peuvent-elles justifier, d’un point de vue économique et de l’intérêt public, ce qui s’apparente à une privatisation du « domaine public » en faveur de promoteurs privés  voulant verser dans le domaine des loisirs ?

L’espace en question a été de tout temps un lieu de promenade et de détente pour la population oranaise, comme prolongement naturel du Front de mer et  qui est  donc en droit d’attendre des  pouvoirs publics  qu’ils sécurisent et entretiennent les lieux, pour le préserver dans sa vocation première. Et sans oublier cette autre dimension spirituelle chère aux Oranais et Oranaises, puisque c’est le lieu où se trouve également le mausolée du St Sidi M’hamed.

Il faut aussi écouter ce qui se dit à Oran sur cette affaire à savoir que les promoteurs en question seraient des hommes d’affaires locaux, l’un importateur de produits agroalimentaire et le second un industriel ayant des sociétés dans plusieurs secteurs d’activités.

Le problème suscite bien des interrogations, tout le flou et l’opacité entourant les délibérations du CALPIREF notamment, pour l’octroi de l’assiette de terrain, ainsi que l’opportunité d’un tel projet à l’heure où l’on parle de chômage, de relance de l’outil industriel pour préparer l’après pétrole.

A l’heure où les scandales de corruptions et de malversations et de mauvaise gestion fleurissent de partout, cette affaire reste entachée d’irrégularités et de bien d’interrogations. Aux  autorités locales  de convaincre les oranais du contraire….

 

 

About -

comment closed